Décrire précisément les exigences d'information

Pour Lukas Schildknecht de l'Institut Digitales Bauen, le principal avantage du «Serveur Profil BIM» réside dans le fait qu'il aide l'utilisateur dans la planification BIM et pose les bases d'une bonne qualité d'informations.   

 

Lukas Schildknecht, ingénieur en environnement et informaticien. Il dirige le département d'informatique de l'Institut Digitales Bauen de la FHNW dont il coordonne les activités de recherche. Ses recherches portent sur les systèmes d'information et l'interopérabilité, c'est-à-dire l'échange d'informations le plus transparent possible entre différents systèmes.

Interview: Gaby Jefferies

Comment est née la collaboration entre CRB et l'Institut Digitales Bauen? 

Depuis la création de l'Institut, nous poursuivions l'idée de développer un outil qui définirait les exigences d'information et avons cherché des partenaires qui pourrait nous y aider. Comme CRB menait des réflexions dans la même direction, nous nous sommes dit que ces idées se complétaient bien, et cette collaboration est née.

Y a-t-il d'autres partenaires?
Oui, l'Association suisse des fournisseurs de logiciels BIM est le troisième partenaire du projet «Serveur Profil BIM». Le savoir-faire de chacun se complète parfaitement: l'Institut Digitales Bauen apporte son expérience en matière de processus et de construction ainsi que ses recherches, CRB possède une vaste expérience de la standardisation, et les fournisseurs de logiciels assurent l'accès au marché et le lien avec les clients. 

Quel est l'objectif de ce projet commun?
Une description systématique et précise des exigences d'information est essentielle à la méthode BIM. Le standard IFC de buildingSMART International ne suffit pas, il doit être précisé davantage. Le concept de ce que l'on appelle les «Model View Definitions» sert précisément à cela, mais les outils et les applications pour une utilisation pratique font défaut. L'objectif de notre projet vise à proposer un outil accessible et intuitif pour la formulation et la publication des exigences d'information, lesdits profils. Il s'agit également de décrire de manière simple le processus associé à l'échange d'informations. Pour faire simple, notre objectif est d'harmoniser cet échange.

Quels problèmes le «Serveur Profil BIM» peut-il résoudre pour l'utilisateur?
Il y a souvent des problèmes dans l'échange de données, soit parce qu'il y a des ambiguïtés et des malentendus sur les informations à échanger, soit parce que les interfaces ne fonctionnent pas bien. 
Avec le «Serveur Profil BIM», nous voulons proposer aux utilisateurs du BIM un outil qui leur permettra de décrire un échange concret d'informations de manière précise et cohérente. Cela évitera les malentendus. En outre, la qualité des données et, par conséquent, la qualité de la planification s'en trouveront améliorées dans l'ensemble du processus BIM. Dans la branche, on ne sait pas encore comment traiter les données. Nous voulons présenter aux professionnels l'interface la plus simple possible et les aider à décrire correctement les données dont ils ont besoin ou qu'ils doivent fournir ‒ c'est-à-dire que nous voulons simplifier le travail basé sur celles-ci. 

Voilà pour les données, et qu'en est-il des processus?
Comme la méthode BIM est encore relativement nouvelle pour tout le monde, il n'existe pratiquement aucune marche à suivre standard. Le «Serveur Profil BIM» veut y remédier ‒ d'abord en montrant ce qui peut être fait (processus pilotes), et à moyen terme en établissant des processus standards. 

Pourriez-vous être plus précis?
Il faut commencer au début d'un projet, lors de la phase de planification. Le «Serveur Profil» est l'outil qui permet de fixer les différentes étapes du processus: il définit quelles informations sont échangées et quand. C'est sa tâche principale. Il sert ensuite d'ouvrage de référence. Les intervenants peuvent ‒ en fonction de leur rôle dans le projet ‒ vérifier à chaque étape du processus quelles informations ils doivent fournir ou quelles informations leurs sont fournies quand et par qui. 

Qu'est-ce que l'utilisateur peut attendre d'autre du «Serveur Profil»?
Le «Serveur Profil BIM» sert aussi de moyen de communication. Il documente les besoins en information et remplace les listes Excel utilisées jusqu'à présent. Il propose d'une part une interface que tout un chacun peut facilement lire et comprendre; il adapte d'autre part les informations au traitement informatique afin d'autoriser une transmission directe par d'autres systèmes logiciels. Un exemple d'application serait la vérification automatisée de la maquette numérique en ce qui concerne les exigences d'information (ledit «Model Checker»). Ce contrôle de qualité confirme à l'utilisateur que son travail est correct. 

Qu'est-ce que cela signifie pour moi en tant qu'utilisateur de logiciels de CAO ou d'AVA?
Mon logiciel récupère les informations du «Serveur Profil» et se configure lui-même. On me guide et me donne des instructions et je n'ai pas à rechercher les informations dans différents documents. Les fournisseurs de logiciels BIM mettent à disposition des informations via leurs logiciels. Ils peuvent également y mettre leurs propres services, comme la validation automatisée des données. Aujourd'hui, les différents logiciels ont des spécifications d'interface individuelles, à l'avenir, ils pourraient utiliser les structures du «Serveur Profil» comme base. 

Quel est le calendrier?
Il y aura d'abord une phase-test avec certains de nos partenaires, ce sont principalement des professionnels qui travaillent déjà dans le domaine des données, par exemple un groupe de travail qui enregistre les exigences d'information des installations du bâtiment. Le projet se décline en deux temps: d'une part, la mise à disposition d'un logiciel, d'autre part, la fourniture de premiers profils concrets, c'est-à-dire de données. Ces profils doivent encore être développés. On essayera de tenir compte de la méthodologie du logiciel dès la création des données. 

Y a-t-il d'autres projets que le «Serveur Profil» qui seront profitables aux utilisateurs?
On pourrait évoquer ici des outils comme le «Model Checker» dont nous avons déjà parlé. Plusieurs entreprises sont en train de mettre en place des services de tests automatisés. Les règles de contrôle qu'ils ont établies pourraient être proposées via le «Serveur Profil BIM». Un autre exemple est le projet CAN BIM de CRB: il offre à l'utilisateur la possibilité de décrire les prestations d'une manière orientée vers les parties d'ouvrage. Le «Serveur Profil BIM» sert de base à une spécification transparente et juridiquement sûre avec le CAN BIM.