Le nouveau CAN Chauffage: synthétisé, actualisé et orienté vers la pratique

Kurt Frei, l’auteur des quatre nouveaux chapitres CAN pour la description des installations de chauffage, avait pour objectif de permettre à tous les intervenants de faire des appels d’offres et de bénéficier des avantages de cet instrument de travail.
Interview: Gaby Jefferies

Pourquoi était-il nécessaire de réviser les chapitres CAN existants pour les installations de chauffage?
Beaucoup de choses ont changé dans le domaine spécialisé du chauffage ces 22 dernières années. Lors de la première publication des sept chapitres pour décrire les installations de chauffage en 1994 et 1998, la production de chaleur au mazout ou au gaz occupait le devant de la scène. Aujourd’hui, ce mode de production de chaleur n’est plus guère utilisé pour les nouvelles constructions, et nombre d’anciens bâtiments sont désormais équipés de technologies modernes telles que des pompes à chaleur. L’énergie solaire est aussi de plus en plus employée. En outre, les systèmes répartiteurs de chaleur et la technique d’installation ont considérablement évolué. Certains composants – systèmes à tuyau unique, tuyaux en cuivre, tuyaux en acier doux, etc. – sont obsolètes. D’autres systèmes, par exemple les systèmes à sertir, ont gagné des parts de marché. Par ailleurs, la numérisation a totalement révolutionné le domaine MCR (mesure, commande, régulation) et toutes les normes, directives et fiches techniques pertinentes ont entre-temps été republiées. Il était donc nécessaire de réviser en profondeur les chapitres CAN et de les adapter à ce nouveau contexte.

Quelles sont les principales innovations pour le rédacteur de l’appel d’offre? 
Les sept chapitres initiaux ont été synthétisés en quatre chapitres. Cela signifie que le contenu des anciens chapitres Chauffage est à présent réparti dans les domaines suivants: production de chaleur, émission de chaleur, conduites, appareils et armatures. Les chapitres Mesure, commande, régulation, Cheminées et conduits d’évacuation, ainsi que Echangeurs de chaleur ont été intégrés au chapitre 451 «Chauffage: Production de chaleur». Le changement majeur concerne le chapitre 452 «Chauffage: Emission de chaleur». Jusqu’ici, les corps de chauffe étaient définis par des puissances. Cela posait problème dans la pratique, car il était très difficile pour les utilisateurs d’associer la liste de prix du fournisseur. Les corps de chauffe sont maintenant décrits par type. Cela permet l’accès direct aux catalogues des fournisseurs.

Qui a participé au groupe de travail?
Il ne s’agissait pas d’un groupe de travail, mais d’une collaboration de très divers selon le domaine spécialisé. Outre l’auteur et le chef de projet CRB, Roman Hollenstein, plusieurs représentants d’associations, ainsi que des fournisseurs et des installateurs étaient présents. Ils ont souvent une double fonction et représentent à la fois leur association et leur entreprise.

Quels thèmes ont donné lieu à débats?
Les domaines des pompes à chaleur et des régulations, révisés en profondeur, ont donné lieu à des discussions intensives. Elles ont été menées avec un grand engagement, mais toujours de manière objective et constructive. J’ai toujours considéré la collaboration au sein des différents groupes comme une expérience positive, elle est bénéfique pour tous les intervenants – les concurrents font connaissance, et peuvent élargir leurs connaissances.

Quels ont été les retours d’informations de la consultation?
Nous en avons obtenu de la part de suissetec ainsi que de quelques fournisseurs. L’association de la technique du bâtiment a demandé d’ajouter le solaire thermique au chapitre 451. Les fournisseurs ont proposé d’intégrer des produits supplémentaires et d’étendre les plages de diamètres. Certains malentendus nous ont également été signalés.

Avez-vous un conseil à l’intention des utilisateurs?
Le CAN est encore trop peu utilisé dans le domaine du chauffage. L’expérience m’a montré que l’utilisation du CAN allège considérablement le travail. suissetec a également actualisé les bases de calcul en lien avec les chapitres du chauffage. Travailler avec le catalogue des articles normalisés présente donc un grand intérêt pour les concepteurs et les installateurs. Le calcul automatique des prix et des résultats permet au concepteur d’établir rapidement un devis et à l’installateur de formuler tout aussi rapidement une offre. Grâce à la structure transparente et au langage uniforme, il est plus facile pour tous les utilisateurs de décrire les prestations et de s’orienter dans les descriptifs. C’est la raison pour laquelle je recommande aux utilisateurs d’exploiter cet instrument de travail très efficace.

Vous êtes l’auteur des quatre chapitres. Quelles sont les exigences relatives à ce rôle?
J’utilise depuis de nombreuses années les chapitres CAN dans les domaines Chauffage, Ventilation et Sanitaire. Durant tout ce temps, j’ai profité des nombreux avantages de la structure uniforme, de l’établissement rapide des descriptifs et du calcul automatique des prix et des résultats avec calcul du temps de montage et temps du guide. Mon objectif était de faire progresser la numérisation dans le domaine spécialisé du chauffage. J’aimerais qu’il soit possible de travailler aussi efficacement dans le domaine du chauffage que dans les domaines spécialisés Sanitaire et Installations électriques. Cette révision du CAN comportait des défis importants. Le fait que l’auteur connaisse bien le domaine spécialisé est certainement très avantageux pour tous les intervenants. En outre, les produits et les particularités du chantier doivent lui être familiers. Le respect du calendrier est également ardu: Les séances de travail et entretiens téléphoniques étaient très nombreux, et il fallait aussi effectuer le «travail à domicile» et la formulation des articles normalisés.

Avez-vous déjà un nouveau projet?
Oui, nous travaillons déjà d’arrache-pied sur les chapitres CAN 461 à 464 de la ventilation qui seront bientôt mis en consultation.