Gestion des informations dans un projet BIM

En vue d’assister les utilisateurs dans la conception BIM, CRB développe en association avec l’Institut Digitales Bauen de la Haute École spécialisée de la Suisse du Nord-ouest FHNW une solution s’appuyant sur une banque de données pour l’échange d’informations. Le Serveur Profil BIM aide les spécialistes à décrire avec précision et cohérence les données et informations dont ils ont besoin ou qu’ils doivent fournir. Des malentendus peuvent ainsi être levés, la qualité des données améliorée et les utilisateurs gagnent de cette manière du temps et de l’argent.
Texte: Pasquale Petillo, Responsable Production

Au cours des différentes phases de projet et d’exploitation d’un ouvrage, des disciplines spécialisées aux missions et exigences diverses sont impliquées dans le modèle d’ouvrage. Selon leur rôle et le cas d’application, elles s’intéressent à certains aspects de l’ouvrage digital. Une multitude de tâches au cours du cycle de vie d’un ouvrage (phases de conception, de construction et d’exploitation) pourraient être réalisées avec plus de simplicité et d’efficacité si les différents intervenants disposaient au bon moment des données et informations pertinentes dans le modèle numérique de l’ouvrage. Des malentendus pourraient être levés et la qualité des données améliorée, avec des conséquences positives sur l’ensemble du processus de conception.

Données et informations

«Données» et «informations» sont deux termes essentiels dans le contexte du Serveur Profil BIM. Il peuvent se définir comme suit: Les «données» sont une suite de signes organisés en une affirmation respectant une certaine syntaxe, par exemple «Cadre», «0,12» ou «08121998». Les «informations» sont des données interprétées dans un contexte, par exemple «Epaisseur de cadre 0.12 m» ou «Anniversaire 08/12/1998». Une signification est donc attribuée aux données. Les informations résultent d’une interaction entre les personnes et les données. Selon notre approche, la gestion des informations concerne le traitement de données et d’informations. 

Dans le cadre du projet de recherche et développement «Serveur Profil BIM», une application de gestion des informations est actuellement développée, qui consiste en une solution reliée à une banque de données pour organiser l’échange d’informations. Cela comprend l’élaboration, la gestion et la publication d’exigences d’information.
 

Profils

Avec «Profils» sont définies des exigences relatives à l’échange d’informations, sachant qu’un profil contient les six tâches liées aux six questions QQQQPC: Qui fournit à qui, quoi (quelles informations), quand, pourquoi et comment? Cela signifie que sont définis dans un profil non seulement le niveau d’information technique avec la définition de la structure de données, mais aussi le niveau de processus – le contexte orienté processus (cas d’application) de l’échange d’informations. L’un des facteurs clés du Serveur Profil BIM est la mise à disposition des profils dans un modèle ouvert et neutre, notamment dans un format adapté au traitement informatique.

L’importance de la description et de la spécification de l’échange d’informations dans le cas de modèles d’ouvrage est connue depuis longtemps. L’organisation buildingSMART International le soulignait déjà il y a plus de 10 ans, en développant la méthode de l’«Information Delivery Manual (IDM)». L’Organisation internationale de normalisation (ISO) ainsi que le Comité européen de normalisation (CEN) ont ensuite fait de celle-ci une norme. La norme SN EN ISO 29481-2 décrit précisément l’étendue et les spécifications des informations jouant un certain rôle à un moment donné et pour une activité définie, et devant être mises à disposition/nécessaires pour un projet BIM. Le Serveur Profil BIM fournit les principaux contenus d’un Information Delivery Manual.

Afin que des profils puissent être créés pour l’échange d’informations et de données en vue d’une utilisation partagée, ils doivent pouvoir être classés dans l’organisation du projet de l’utilisateur et de sa structure de projet. La question «Qui fournit à qui, quoi, quand, pourquoi et comment?» ne trouvera de réponse cohérente et fiable que si la structure de base fait l’objet d’une compréhension partagée. Cette structure d’organisation de base pour l’échange d’informations se décompose comme suit:

Qui, à qui → Rôle: C’est ici qu’est, d’une part, décrite la fonction d’une personne au sein d’une organisation de projet (par exemple chef de projet) et que sont, d’autre part, déterminées les fonctions de personnes externes à l’organisation du projet, comme par exemple le responsable BIM ou le maître d’ouvrage. L’objectif du descriptif des rôles doit être une description aussi générique que possible, mais néanmoins spécifique d’un rôle. Il convient à cet égard que les attributions soient définitives et d’éviter si possible les redondances. Une personne peut assurer différents rôles. Concernant l’échange de données, ces rôles peuvent être celui de demandeur ou de fournisseur de données et d’informations. Ils apparaissent souvent dans différentes activités, comme demandeur aussi bien que comme fournisseur. Dans l’exemple (illustration 2), la responsable des coûts fournit des informations au facility manager et reçoit des informations des rôles de chef de projet, architecte et facility manager.

* Les illustrations 2 à 6 sont des maquettes et n’existent qu’en langue allemande.

Quand → Temps: Les projets sont généralement divisés en phases pour le découpage temporel. La description des phases s’appuie en Suisse la plupart du temps sur le modèle Étude et conduite de projet de la norme SIA 112:2014: Planification stratégique, études préliminaires, projet, appel d’offres, réalisation et exploitation. La prise en compte de nombreuses phases complètes et partielles ferait courir un risque d’hétérogénéité et une utilisation partagée compliquerait la «localisation» des projets sur l’échelle temporelle. Une division temporelle générale serait possible en reprenant les quatre phases principales décrites dans le standard ISO 22263: Conception, planification, réalisation, exploitation. Les processus opérationnels peuvent être organisés au choix selon cette répartition (illustration 3).

Pourquoi → Activité: Parallèlement aux dimensions statiques «rôle» et «temps» décrites plus haut, une autre est nécessaire pour la description de l’activité à proprement parler, pour laquelle sont générées et demandées des informations, et dont l’objectif est l’exécution d’une tâche. Une durée et des ressources (financières, personnelles et matérielles) lui seront affectées. Les activités font donc partie d’un processus opérationnel ou cas d’application. L’activité est la composante centrale de la structuration de l’organisation d’échange. Une activité débouche sur une livraison d’information. Chaque livraison d’information est directement couplée à une activité. Une activité est clairement repérable dans le temps, c’està-dire qu’elle est clairement affectée à une phase – conception, planification, réalisation, exploitation. Le processus opérationnel, ou cas d’application, regroupe une ou plusieurs activités en une valeur globale aboutissant à une valeur ajoutée utilisable du point de vue opérationnel ou du projet. Dans le cas du Serveur Profil BIM, le processus opérationnel sert au regroupement d’activités. Dans l’exemple (illustration 4), une architecte et un chef de projet sont impliqués dans un processus opérationnel défini pour l’activité «Détermination de types d’affectation». Le chef de projet commande une information à l’architecte.

Quoi, qui → Structure de données: Le «quoi, qui» définit la dimension technique du profil, à savoir les prescriptions de contenu (quoi) et formelles (qui) de l’échange de données à proprement parler. La spécification des exigences d’information est intuitive. Sans même disposer de connaissances approfondies en modélisation des données sur la base IFC, les utilisateurs peuvent décrire précisément les exigences au niveau technique(illustration 5). Grâce au guidage par l’application, ils pourront utiliser de façon optimale et homogène les concepts techniques et définitions existants. Les définitions d’élément sont réutilisables. Après sa création, une définition d’élément peut donc servir à d’autres exigences d’information – dans d’autres activités ou projets. Un profil peut ainsi être défini comme suit dans le Serveur Profil BIM: Le «profil» (profil d’échange de données) définit la structure de donnée échangée entre deux ou plusieurs rôles et activités spécifiques à des moments donnés.

Lisible par l’homme et la machine

L’un des facteurs clés du Serveur Profil BIM est la mise à disposition des profils sous un format adapté au traitement informatique. Cela s’avère nécessaire pour la transmission des informations à des systèmes BIM (systèmes d’auteurs), mais aussi en tant que spécification pour le contrôle des modèles d’ouvrage digitaux dans ce que l’on appelle des «vérificateurs de modèle». Il s’agit de services de vérification automatisés qui comparent les données des exigences d’information du «Serveur Profil BIM» avec un extrait de données IFC du système CAO.

Les profils sont également émis via un module de Reporting sous une forme lisible par l’homme, de sorte que les définitions techniques – proprement formatées – sont utilisables hors du Serveur Profil BIM, par exemple dans un Information Delivery Manual IDM.

Gestion des informations dans un projet d'ouvrage 

Ce webinaire développe la gestion des informations par projet d'ouvrage non seulement du point de vue de la théorie mais également de la pratique d'un maître d'ouvrage professionnel.  

Vous découvrirez par ailleurs comment le serveur Profil BIM peut aider à décrire précisément les exigences d'information et à les échanger. 

Webinaire exclusivement en allemand. 

 

Qui collabore au développement du Serveur Profil BIM?

Le projet est une initiative de l’Institut Digitales Bauen de la FHNW. Les attentes communes en matière d’objectivité et de standardisation des informations ont conduit à une collaboration avec CRB. L’association Schweizer BIM Software Lieferanten openBIM apportent leur savoir lors de la mise en oeuvre des interfaces entre les applications des membres de leurs associations. Pour renforcer l’expertise au niveau de l’interface utilisateur et des expériences des utilisateurs, l’Institut pour les technologies interactives de la FHNW participe également à cette collaboration. 

Quels sont les avantages concrets pour les clients du Serveur Profil BIM?

La méthode BIM améliore l’usage des informations, mais également la collaboration entre les différents acteurs lors de la conception, de la construction et de l’exploitation d’un ouvrage. Les utilisatrices et utilisateurs de la méthode estiment souvent ne pas retrouver les avantages annoncés, en l’absence de standardisation des données et informations échangées. L’harmonisation et la correction des données nécessitent un surcroît de travail – ce que le recours à des processus de conception digitaux devrait justement éviter. Le Serveur Profil BIM élimine cette confusion lors de la collecte et de la mise à disposition d’informations: Les processus et exigences liés aux informations sont ainsi décrits facilement et lisibles – pour les hommes comme pour les machines. Les tâches de l’ensemble du cycle de vie d’un ouvrage peuvent ainsi être résolues de manière plus efficace et ciblée. Des Exchange Information Requirements (EIR) adaptés et l’utilisation de standards homogènes et compréhensibles permettent la livraison et l’utilisation – donc la comparaison –, par les rôles dédiés et au moment opportun, des bonnes données et informations au sein du modèle numérique de l’ouvrage.

Quel est le calendrier?

Un essai avec des testeurs sélectionnés pour l’interface utilisateur est déjà en cours et se poursuivra par des projets concrets jusqu’à la fin du premier trimestre 2021. D’autres cercles d’utilisatrices et d’utilisateurs cumuleront ensuite les premières expériences avec le Serveur Profil BIM. Les fonctionnalités de base nécessaires à la création et à l’échange de profils seront dès lors disponibles. Le Serveur Profil BIM doit être considéré comme un outil susceptible d’être développé et optimisé grâce aux retours des utilisatrices et utilisateurs, à la mise à disposition de standards et aux progrès et exigences du secteur. De nouvelles perspectives s’ouvriront ainsi régulièrement et le Serveur Profil BIM s’imposera à long terme sur le marché et dans le secteur.

Comment le Serveur Profil BIM, le CAN et le BIM sont-ils liés?

La préparation d’un appel d’offres (partiellement) automatisé à partir de modèles d’ouvrage suppose de pouvoir exploiter les potentiels des informations disponibles antérieurement. Cela signifie que les entités utilisées dans des modèles d’ouvrage doivent comporter des attributs et des propriétés corrects et identiques dans tous les systèmes. C’est le seul moyen de s’accorder sur l’exactitude et la lisibilité d’une information. Les attributs extraits des catalogues des articles normalisés CAN existants se retrouveront aussi dans le Serveur Profil BIM. Ils permettent aux utilisatrices et utilisateurs de transférer les informations d’un modèle d’ouvrage vers un descriptif, lequel pourra être complété par les descriptions supplémentaires non modélisables ou au prix d’importants efforts. Dès qu’il sera possible d’utiliser le Serveur Profil BIM indépendamment du CAN, mais aussi d’autres standards CRB, la solution reliée à une banque de données pour la gestion d’informations déploiera tout son potentiel, notamment en association avec une terminologie courante et des désignations et classifications compréhensibles.

Les avantages en un clin d’oeil

Le Serveur Profil BIM

fournit des standards pour le traitement de grandes quantités de données et remplace les tableaux  Excel complexes et souvent sources d’erreur

optimise le déroulement d’un projet BIM

permet aux utilisateurs la description simple et précise des exigences d’information

standardise les profils d’échange de données pour des rôles et cas d’application sélectionnés

assiste l’utilisation de l’IFC

veille’à une plus grande efficacité et à une meilleure compréhension dans les projets d’ouvrages