Participation de CRB aux instances internationales de normalisation

Les normes et les standards protègent les connaissances acquises, contribuent à la sécurité des ouvrages et des installations, favorisent l'intercompréhension et servent de bases légales et normatives. Pour se comprendre au-delà des frontières dans la perspective du BIM, des professionnels suisses participent à des rencontres au niveau européen. 

Texte: Gaby Jefferies

Depuis sa fondation en 1961, le Comité européen de normalisation CEN, basé à Bruxelles, milite pour un système européen de normalisation: «Nous sommes le principal pourvoyeur de normes européennes volontaires et de produits et prestations au profit des entreprises, des consommateurs et des autres utilisateurs de standards en Europe.» (cencenelec.eu) La mission de cette organisation à but non lucratif est d'établir des standards de haute qualité pour les produits et les services, y compris des exigences en matière de qualité, de sécurité, d'environnement, d'interopérabilité et d'accessibilité. L'objectif est de renforcer la compétitivité de l'Europe, de protéger l'environnement et de favoriser une croissance durable au profit de tous les citoyens. 

En Suisse, la Société suisse des ingénieurs et des architectes SIA est l'association de référence pour les normes dans le domaine de la construction. Elle travaille en étroite collaboration avec l'Association suisse de Normalisation SNV, qui est l'organisation faîtière responsable de la normalisation en Suisse et membre à part entière du CEN. 

CEN/TC 442
Afin de parvenir à une compréhension entre tous les partenaires au niveau technique dans le domaine du BIM, le CEN a mis sur pied le comité 442 «Building Information Modelling». Actuellement, sept groupes travaillent sur la «standardisation dans le domaine des informations sémantiques structurées sur le cycle de vie pour l'environnement bâti». Les collaborateurs de CRB participent activement à cette normalisation depuis 2018.

Groupe de travail 4: Support Data Dictionaries
Dans le groupe de travail 4, des spécialistes venus de France, de Norvège, d'Allemagne, d'Italie, d'Autriche, des Pays-Bas et du Danemark se penchent sur le Product Data Template (modèle de données de produits). Un modèle de données de produits PDT est une structure numérique basée sur des éléments, qui collecte les propriétés et les groupes de propriétés des produits de construction. Le groupe de travail normalise la structure et la sémantique (le contenu) du modèle de données utilisé pour l'ensemble du cycle de vie d'un bâtiment (également appelé ALIM - Asset Lifecycle Information Management) et pour le transport d'un PDT. Pour que les modèles de données sur les produits puissent être utilisés en Suisse, la structure et le contenu doivent être standardisés. «C'est pourquoi l'élaboration du contenu par CRB est très appréciée. CRB élabore le PDT sur la base des Codes de coûts de construction par éléments eCCC et le complète avec des propriétés d'appel d'offres standardisées, provenant du Catalogue des articles normalisés CAN, ainsi qu'avec des propriétés fournies par des organisations partenaires (eco-bau, mtextur et autres.»
Davis Kantor, chef de projet Développement et technologie, CRB

Groupe de travail 6: Infrastructure
Dans une première phase, ce groupe de travail élabore un rapport technique. L'objectif est de faire ressortir, de manière compréhensible, les différences entre les projets d'infrastructure et les autres projets de construction en termes de gestion de l'information. Le groupe de travail a pour tâche de faire état à la fois des similitudes et des différences. A partir de là, ce groupe examinera les normes et standards existants dans le domaine des exigences d'information pour les projets de construction d'infrastructures. On pourra en déduire la procédure à suivre pour une étude de terrain du secteur de la construction en Europe. Dans le cadre de l'introduction du BIM, on cherche à savoir si les normes et standards existants (par exemple la série ISO-19 650) sont utilisables. Une autre tâche consiste à formuler des recommandations sur ces standards: doivent-ils être simplement adaptés ou faut-il en élaborer de nouveaux? 

Des experts des infrastructures issus de toute l'Europe participent à ces travaux. Maîtres d'ouvrages publics, concepteurs, entrepreneurs et exploitants, ils représentent les organismes nationaux de normalisation ou de standardisation ou l'InfraRoom de buildingSMART International. Au sein du groupe de travail, les différents sujets sont traités en équipes, puis discutés et approuvés lors de visioconférences ou lors des rencontres trimestrielles.

«CRB défend les intérêts des experts suisses dans le groupe de travail 6. La Suisse peut d'une part profiter des expériences réalisées dans d'autres pays dans le cadre de l'introduction du BIM, par exemple dans les travaux hydrauliques aux Pays-Bas ou concernant de nouvelles méthodes de réalisation de projets (Integrated Project Delivery) en Norvège. Elle peut d'autre part apporter ses normes et standards bien établis, tels que le Code des coûts de construction Génie civil eCCC-GC, dans la normalisation européenne et les comparer avec ce qui se fait actuellement dans les autres pays européens». 
Marcel Chour, chef de projet Développement et technologie, CRB