Des calculs de coûts plus précis avec l’eCCC-Gate

Les codes des coûts de construction eCCC permettent de calculer les coûts, à partir des éléments, jusqu’au degré de précision d’une estimation des coûts. L’extension de la structure standardisée eCCC-Gate vient se greffer en douceur sur ce système et offre deux niveaux supplémentaires qui permettent non seulement des calculs de coûts plus précis, mais aussi un raccord aux structures utilisées dans la phase d’appel d’offres ou de réalisation (par ex. CFC ou CAN). Retour sur l’expérience des premiers utilisateurs de ce standard.

Texte: Tanja Heublein, Responsable Développement & Technologie

Avec les deux normes SN 506 511 Code des coûts de construction Bâtiment et SN 506 512 Code des coûts de construction Génie Civil, CRB a créé deux classifications des coûts basées sur l’élément et structurées hiérarchiquement. En attribuant des grandeurs référentielles et des coûts aux éléments individuels, elles permettent ainsi une planification transparente des coûts. Structurés sur trois niveaux, «groupes principaux», «groupes d’éléments» et «éléments», les coûts d’un projet de construction peuvent être calculés graduellement selon le principe top-down 

  • d’une première évaluation des besoins financiers (groupes principaux eCCC),
  • en passant par une estimation sommaire des coûts (groupes d’éléments eCCC),
  • jusqu’à une estimation des coûts (éléments eCCC).

Ces trois niveaux ne permettent pas de calculer les coûts de façon plus détaillée ou plus précise.

L’extension de la structure standardisée eCCC-Gate
Depuis 2017, l’extension standardisée eCCC-Gate propose un outil qui permet des calculs de coûts aussi précis qu’un devis. Ceci est assuré par deux nouveaux niveaux qui s’associent parfaitement aux trois niveaux standardisés des codes des coûts de construction eCCC: les «Sous-éléments » (4e niveau) et les «Composants» (5e niveau).

En outre, l’eCCC-Gate raccorde les codes des coûts de construction eCCC au catalogue des articles normalisés CAN (appel d’offres) ou au Code des frais de construction CFC (réalisation et décompte). Les outils de travail CRB peuvent désormais être utilisés pour toutes les phases définies par la norme SIA 112 «Modèle – Etude et conduite de projets»: définition des objectifs, réalisation et exploitation.

Structure de conception de l’eCCC-Gate
Pour définir et différencier les différents «Sous-éléments» (4e n iveau), des informations ont été ajoutées aux éléments des codes des coûts de construction eCCC. Ainsi, les éléments se distinguent par leur matériau, leur mode de construction ou leur fonction. Par exemple, les fenêtres ont un cadre fait de matériaux différents (bois, métal, plastique, etc.)

Ensuite, les «Composants» (5e niveau) contiennent des pièces et des prestations qui déterminent le coût des éléments. Les informations issues de la phase d’étude sont de la sorte transmises intégralement aux phases suivantes (appel d’offres et réalisation). Après le décompte final (structuré d’après le CAN ou le CFC), le coût de chaque article peut être transféré dans l’eCCC et nourrir les valeurs référentielles.

L’eCCC-Gate en action
Avec l’eCCC-Gate, nos clients disposent d’un catalogue de sous-éléments et de composants standardisés, issus des éléments de l’eCCC. Ceux-ci s’inscrivent dans la logique du code à trois chiffres existant dans les codes des coûts de construction eCCC. Le code des sous-éléments comprend trois chiffres, à partir de 000. Les numéros 000 à 099 sont réservés aux sous-éléments standards CRB, tandis que les numéros 100 à 999 sont à disposition des utilisateurs pour définir leurs propres sous-éléments. Le code des composants s’effectue comme celui des sous-éléments.

Si l’eCCC-Gate est utilisé pour établir un devis, on veillera aux points suivants: il faut utiliser la grandeur référentielle de l’élément (3e niveau) pour la différenciation des éléments en sous-éléments et composants qui leurs sont attribués. Les unités de métré des composants peuvent différer de la grandeur référentielle du sous-élément, mais elles ne doivent pas être incluses dans la quantité totale du sous-élément. En voici l’illustration avec l’exemple du sous-élément E 3.1.001 Fenêtre en bois.

  1. Seules les quantités des composants qui ont la même grandeur référentielle que le sous-élément peuvent être utilisées pour déterminer la quantité totale du sous-élément E 3.1.001 Fenêtres en bois.
  2. (*) Les coûts des différents composants (calculés sur la base de la quantité respective des composants multipliée par un prix unitaire) peuvent être additionnés pour former le coût total du sous-élément E 3.1.001 Fenêtres en bois (total en CHF) (voir illustration ci-dessus).
  3. En divisant le coût total par la quantité totale du sous-élément, on obtient une valeur référentielle. Celle-ci peut être réutilisée pour les projets futurs. 

Conclusion
Avec les codes des coûts de construction eCCC, basés sur les éléments, la Suisse dispose déjà de standards nationaux qui facilitent la planification par parties d’ouvrage. Cette systématique dévolue à la planification et au contrôle des coûts, peut de ce fait aisément être intégrée à la méthode BIM. La ventilation actuelle des éléments dans des parties d’éléments de construction ne pouvant plus être subdivisés (composants) correspond déjà largement au schéma de données IFC et à ses propriétés (caractéristiques/propriétés d’un élément), ce qui est essentiel pour un échange de données ouvert dans l’environnement CAD/BIM. Toutefois, pour effectuer une planification modélisée dans le cadre de la méthode BIM, ces standards n’en réclament pas moins un complément d’informations voire une spécification détaillée. C’est pourquoi CRB travaille actuellement à harmoniser les définitions des éléments de l’eCCC-Bât avec le modèle de données IFC.