Produits de construction: le secteur à la croisée des chemins

  

Pour qu’un expert puisse se fier aux performances des produits de construction vérifiées à des fins de spécification, une langue technique commune s’avère nécessaire. CRB s’est engagé à aligner les standards locaux sur les normes internationales.

Texte: Michel Bohren, Président de la Direction

Le libre accès aux informations sur les produits de construction est décisif tout au long du cycle de vie d’un ouvrage. Dès les prémices de l’étude d’un projet, le maître d’ouvrage et l’architecte commencent à restreindre la gamme des produits envisageables pour l’ouvrage (et ses abords) au moyen des premières spécifications. Le simple fait de définir un «type d’objet» spécifique permet déjà de limiter la sélection. Ainsi, les prescriptions en termes de protection incendie ne sont pas les mêmes pour un ouvrage public et les bâtiments destinés à un usage privé. D’autres exigences formulées par la suite, touchant, par exemple, au développement durable, à la structure ou au type d’ouvrage, permettent de réduire plus encore les choix possibles de produits.

A mesure de l’avancement du projet, les spécifications deviennent de plus en plus précises. Quand bien même celles-ci portent sur les systèmes complets, sera déterminante en définitive, la «performance» particulière de chaque composant pris individuellement, et donc, le produit spécifique. Il appartiendra, au plus tard, à l’expert auprès de l’entrepreneur exécutant, de déduire de la spécification les performances requises pour les divers produits.

Une langue technique commune pour plus de clarté

Les fournisseurs de produits de construction opèrent à un niveau international. Ainsi que le formule Andreas Bossenmayer, l’expert voit donc son travail conditionné par l’émergence d’une «langue technique commune», laquelle «garantit une harmonisation des méthodes et des processus pour la détermination et l’évaluation des performances des produits de construction». Sans cela, il n’aura pas les moyens de vérifier la conformité de la «performance» des produits avec les exigences de la spécification. Un éventuel manque de précision ici l’empêcherait d’avoir accès à des produits de qualité à des conditions intéressantes ou le conduirait à choisir des produits dont il ne serait pas certain qu’ils offrent les performances exigées. Les ambiguïtés ont tôt fait de se muer en risques, au plus tard, lorsque les spécifications portent sur des éléments conditionnant la sécurité de l’ouvrage – telles les prescriptions de protection incendie mentionnées plus haut.

Transparence et fiabilité

Quand bien même la situation juridique ou réglementaire globale au plan européen n’a pas nécessairement d’incidence directe sur la pratique quotidienne des professionnels du secteur de la construction en Suisse, son rôle n’est pas négligeable pour autant. En Suisse précisément, où les structures des PME sont particulièrement fragmentées, il est nécessaire de veiller à l’allègement et à l’efficacité des processus, procédures et méthodes par le biais de la régulation et de l’harmonisation. Les entreprises doivent pouvoir s’y retrouver rapidement et facilement, et pouvoir se fier aux produits qu’on leur propose.

La numérisation du secteur de la construction offre désormais la possibilité d’améliorer la qualité et l’efficacité des processus au quotidien. Si les spécifications des produits, avec les méthodes qu’elles impliquent, sont harmonisées au niveau international et publiées dans des structures de données standardisées, elles sont fiables et vérifiables pour les experts. Et pour peu que les experts, de leur côté, enregistrent les données de leurs spécifications au cours des diverses phases d’étude, d’étude du projet, d’exécution et d’exploitation en se servant de structures de données similaires, il devient possible d’automatiser une large part du processus de comparaison des spécifications des experts de la construction avec les spécifications de produits. Une telle aide informatique permet de réduire considérablement le nombre de produits envisageables dans une spécification au cours des processus d’étude et de construction. Dans le même temps et toujours en se servant de ressources informatiques, le fait de collecter nombre de publications sur les produits (émanant des fabricants) en «nuage» permet de trouver des alternatives surprenantes aux spécifications des experts. Dès lors, l’expert a, à nouveau, de réels choix à opérer.

Serveur Profil BIM

En tant qu’organisme suisse de standardisation, CRB fournira à partir de 2021 une plate-forme mettant des structures de données standardisées de ce type à la disposition des experts en construction. Cette plate-forme offre également un support pour la définition et la gestion des «exigences en matière d’échange d’informations» (Exchange Information Requirements) et permet de rendre accessibles à des systèmes tiers les structures standardisées, spécifiques au projet. Il sera ainsi possible d’élaborer et d’utiliser des spécifications d’experts dans des projets de construction sur la base de structures standard et indépendamment du système. Plus d'informations peuvent être trouvées ici.

Plate-forme de produits de construction

Les références aux produits PRD figurant dans les textes CAN offrent la possibilité de consulter les informations sur les produits d’un nombre important de fabricants en même temps que le Catalogue des articles normalisés et de les reporter dans le descriptif. En outre, les informations des fabricants – descriptions de produits, descriptifs modèles, images, plans, etc. – sont également accessibles via la base de données de produits CRB: prd.crb.ch. Concernant notre banque de données et outre la fonctionnalité actuelle, nous travaillons à ce qu’elle suive une structure de données identique à celle utilisée par les experts de la construction pour les spécifications. Conformément à la vision de l’«openBIM», cette structure de même que la liaison des banques de données sur les produits avec les spécifications des experts seront accessibles à des fournisseurs tiers.

Pour une meilleure compréhension dans le secteur de la construction

Le travail de CRB veillant à ce que les standards locaux soient systématiquement établis sur la base de normes, standards et harmonisations internationales nous permet de boucler la boucle. A l’instar des «prophètes météorologues» de la vallée de la Muota, nous observons exactement le climat européen global sur les plans juridique et réglementaire, de sorte d’être en mesure de fournir rapidement aux suisses des standards qui puissent également être appliqués par les Global Players et qui, inversement, garantissent aux Local Players un accès simplifié aux informations internationales. CRB oeuvre ainsi à la simplification de la communication dans l’industrie de la construction et au renforcement de la confiance et de l’intégrité entre les entreprises.

Sur mandat de constructionsuisse, CRB s’associe à la Commission fédérale des produits de construction (Copco) et s’engage au sein des commissions-miroir évoquées par Andreas Bossenmayer et mises sur pied pour accompagner les procédures de révision respectives des Acquis. Tels les météorologues, nous «scrutons» ici, d’une part, les tendances internationales de sorte de pouvoir les anticiper dès à présent au niveau local. D’autre part, nous faisons jouer notre savoir-faire en matière de standardisation et de numérisation, ce qui nous permet en contrepartie d’exercer une influence indirecte sur les autorités européennes.

Michel Bohren
Président de la direction du CRB