Aménagement de jardin: appels d’offres dans les règles de l’art

Le nouveau CAN 181 Aménagements extérieurs permet de décrire en détail l’ensemble des diverses activités d’aménagement de jardins et d’espaces verts. Philipp Müller, architecte paysagiste, nous présente les nouveautés et appelle les soumissionnaires à veiller à distinguer clairement aménagements extérieurs et Génie civil dans la conception de leurs appels d’offres.
Interview: Gaby Jefferies

Pour quelles raisons le chapitre a-t-il été entièrement révisé?
La dernière révision complète du contenu du CAN 181 remonte à 2007. Depuis, de nouvelles normes (SIA 312 et 318) ainsi qu’une nouvelle ordonnance sur les déchets ont été publiées, tandis que les activités et matériaux de construction ont évolué eux aussi. Les descriptions des prestations doivent donc tenir compte de ces modifications. En outre, au fil des années, les professionnels faisant usage du CAN 181 ont soumis des propositions d’adaptation.

Quelles associations ont participé au projet?
L’association des entreprises horticoles, Jardin Suisse, est responsable du contenu technique. Des représentants de la FSAP et de la SSE, ainsi qu’un maître d’ouvrage public ont également collaboré à ce projet.

Quels ont été les plus grands défi s de la révision?
Les intervenants ont rencontré des difficultés sur la question des articles à intégrer ou non au chapitre. Le CAN 181 couvre l’ensemble des activités horticoles, c’est-à-dire l’ensemble des travaux qu’un horticulteur effectue à partir de bois, de pierre naturelle, de béton, etc. Il convient à cet égard de tenir compte du fait que les directives et standards exigés concernant les charges mobiles, les structures de matériaux et la statique ne sont pas les mêmes pour les jardins, les parcs et le paysage que pour les travaux de Génie civil.

Quels thèmes ont donné lieu à des discussions?
Les discussions ont principalement porté sur la délimitation entre les activités de Génie civil et les aménagements extérieurs. A mon avis, ce point ne peut se résoudre en excluant des descriptions du CAN 181. Au contraire, il incombe aux soumissionnaires de veiller à formuler clairement les lots de travaux du secteur principal de la construction et de travaux d’aménagement de jardin, de sorte qu’il n’y ait aucun doute quant aux chapitres CAN à utiliser. Les bases manquantes des soumissionnaires ont également fait l’objet de discussions. Là aussi, il me semble que cela ne peut être résolu dans le descriptif. Pour un établissement équitable de l’offre, les conditions préalables doivent être définies sans ambiguïté dans les plans et la description des prestations.

De quelles nouveautés les soumissionnaires pourront-ils profiter?
La structuration du chapitre suit le déroulement des travaux sur le chantier. Cela permet d’établir le descriptif de manière plausible. Ainsi, l’exécution de fondations de parties d’ouvrage (p. ex. de murs) est désormais intégrée au paragraphe 200 Terrassement. De nombreux domaines des activités d’aménagement de jardin sont présentés plus en détail et adaptés à l’utilisation de matériaux actuels. Par exemple, les dalles céramiques, bordures en acier ou les constructions en bois ont été complétés. Tout un paragraphe (600) est consacré au génie biologique (c’est-à-dire aux mesures architecturales par le biais de plantes), et l’entretien initial a été considérablement développé. 

Pourquoi recommandez-vous la mise en œuvre du CAN 181?
Ce chapitre permet de décrire selon les règles de l’art un usage respectueux de la matière vivante, telle que le sol et la végétation. Le nouveau CAN 181 couvre également tout l’éventail des activités d’aménagement de jardins et d’espaces verts.

Quand utilisez-vous le CAN 181 et quand vous référez-vous à d’autres chapitres du Génie civil?
Le CAN 181 est l’outil principal du paysagiste. Il permet de décrire la grande diversité des parcs et jardins, ainsi que celle du paysage, et d’établir des appels d’offres complets pour les petits travaux. Des chapitres CAN distincts sont disponibles pour les travaux importants, tels que bordures de routes, revêtements en béton et couches bitumineuses, revêtements sportifs ou végétalisations de toitures.

En quoi le CAN 181 diffère-t-il des autres chapitres du Génie civil?
Pour le CAN 181, la norme en vigueur est la norme SIA 318 «Aménagements extérieurs». Les autres chapitres du Génie civil se fondent sur des normes VSS ou d’autres normes SIA. 

Ce n’est pas la première fois que vous participez à un groupe de travail CAN. Que retenez-vous de cette expérience?
L’expérience d’échanges passionnants. Lors des discussions, il faut tenir compte des différents points de vue sur les descriptions de prestations d’aménagement de jardin. Cela contribue à créer des conditions contractuelles équitables pour toutes les parties prenantes. 

Et quel sera votre prochain projet?
Je me réjouis du premier appel d’offres que j’établirai avec le nouveau CAN 181 pour un grand projet, et notamment d’explorer ses avantages par rapport à l’ancienne version. Je suis sûr que l’application correcte des modifications contribue à clarifier les conditions contractuelles et bénéficie au final aux deux parties contractantes, au concepteur autant qu’à la direction des travaux.