Swissbau Focus Workshop

Efficacité dans la planification financière pour le Bâtiment et le Génie civil.

Maîtres d'ouvrage et concepteurs sont unanimes: les codes des coûts de constructions proposent une structure idéale pour la gestion des coûts.

Image Swissbau Focus Workshop

La planification des coûts basée sur les éléments offre plus de transparence durant toutes les phases du projet, de l'étude à la réalisation. Elle sert aussi de point de départ pour établir des valeurs référentielles, est compatible avec les standards internationaux et est une porte d'entrée vers BIM.

Ansgar Adamczyk Magenau, responsable de projet immobiliers chez BVK, a expliqué pourquoi il utilise la structure de l'eCCC: son lien avec le CAN, rendu possible par le nouveau standard eCCC-Gate, lui confère une cohérence remarquable. Du point de vue du maître de l'ouvrage, l'eCCC offre «une structure idéale pour la gestion des coûts et elle le restera à l'avenir.» Pour Peter Zwick, directeur associé de b+p baurealisation ag, le Code des coûts de construction Bâtiment (eCCC-Bât) est un bon outil de travail: on obtient moyennant des efforts limités le meilleur résultat possible dans le calcul des coûts d'un ouvrage. A partir de divers exemples de transformations d'ouvrage, il a expliqué comment il procède: dès les premières étapes de conception, il part des valeurs référentielles qu'il interprète différemment selon le type de projet. La banque de données sur les coûts de b+p baurealisation ag, créée il y a neuf ans sur la base de l'eCCC, sert ici de point de départ. Les étapes suivantes consistent à déterminer les facteurs qui influencent les coûts. Il est donc nécessaire de considérer attentivement les parties d'ouvrage et les éléments. «Grâce à l'eCCC, on peut planifier et piloter les coûts avec efficacité. La structure basée sur les éléments permet la création de valeurs référentielles et offre ainsi une interopérabilité des données de A à Z.»

Matthias Brändle, chef de projet Génie civil chez Gähler und Partner AG, a utilisé le Code des coûts de construction Génie civil (eCCC-GC) pour la rénovation de la route principale de Wohlen. Sa conclusion: une attribution claire aux groupes principaux, la numérotation correspond à l'ordre des travaux, un contrôle facile et des analyses des coûts rapides durant la réalisation.

Portail eCCC aéroport de Genève
Guy Marguet, du département des infrastructures de l'aéroport de Genève, est parti de l'exemple du portail eCCC de l'aéroport de Genève pour montrer comment l'eCCC permet une gestion idéale des coûts et des investissements sur l'ensemble du déroulement d'un projet. Il utilise autant l'eCCC-Bât que l'eCCC-GC et il a élaboré des groupes principaux spécifiques pour les équipements que l'on ne trouve qu'à l'aéroport. Ces groupes suivent la structure standardisée de l'eCCC-Bât. Comme les phases de service et d'exploitation s'étendent sur une période d'environ 30 ans qui correspond à environ 80% des coûts, il trouve particulièrement important «que l'eCCC soit un système référentiel qui couvre un projet de l'avant-projet jusqu'à l'exploitation.» Toutes les données sont structurées selon l'eCCC - état, révision et classification financière.

Les quatre conférenciers ont souligné le rôle crucial des deux codes des coûts de construction basés sur les éléments (eCCC-Bât et eCCC-GC) pour répondre aux défis actuels posés aux maîtres de l'ouvrage, aux économistes de la construction et aux concepteurs. Selon eux, ces codes garantissent, en outre, une planification des coûts de construction interopérable à travers toutes les phases du processus d'étude et de réalisation. La gestion des coûts basée sur les éléments est, en outre, une porte ouverte sur les modèles CAO, ce qui montre bien que la systématique eCCC est compatible avec BIM. C'est pourquoi, selon toute vraisemblance, les coûts basés sur les éléments deviendront incontournables à l'avenir.